Vérités et angles morts.

 In accompagnement, accompagner la vie, accouchement, Aller-retour vers l'au-delà, fin de vie, mythes et rituels, Rituels de femmes

Depuis quelques jours, des mots se préparent à émerger des profondeurs de mon âme

Comment les dire? Comment revenir à cette intériorité qui s’exprime?

Dans cette logorrhée d’images et de mots qui claquent, jetés sur le web, il me devient parfois difficile de prendre le temps de ressentir les mots qui traduiraient ma justesse.

J’y retourne car le besoin est grand.

Ne pas me laisser happer par le courant éphémère et brutal qui creuse un peu plus nos terres fertiles. Notre sol a besoin de temps pour être nourri et laisser les mots plus lents fleurir.

Comment parler de l’accompagnement de la vie dans son aspect sacré, global et à la fois si éphémère?

Chaque être humain a le pouvoir de choisir selon ses besoins comment il désire être accompagné dans ses passages de vie; cela ne regarde que lui.

Je parle souvent de cette danse entre les différents milieux que nous avons à apprivoiser. Ça n’est pas parce que j’ai un traitement médical que je n’ai pas de vie spirituelle. Ça n’est pas parce que j’accouche en maternité que je perds mon autorité personnelle. Je n’ai pas à choisir. Je n’ai pas à être pour ou contre.

Chaque humain a ses besoins spécifiques, sa couleur et ses attentes : les usagers du système médical et les professionnel.le.s. C’est le propre de l’humain ! Et c’est tant mieux, sinon nous serions des robots.

Tous les moyens sont bons pour défendre sa cause et compartimenter. Personne n’a une réponse universelle…pas de gourou, pas de science infuse…la vie est beaucoup trop subtile pour ça. Il n’y a pas qu’une seule VERITE. Nous avons tous notre angle mort.

Lorsque j’accompagne, je suis là pour que la vérité de ces personnes émerge; qu’elles se sentent assez en sécurité pour être elles-mêmes.

Si elles se reconnaissent, elles pourront parler avec les professionnel.les en toute confiance, faire des vrais choix, changer d’avis parfois.

Ça ne remet pas en cause le savoir médical et scientifique. Ça le remet à sa juste place.

Quant à l’aspect du SACRÉ dans nos vies, il n’est pas OPPOSÉ à la science.

Lorsque j’ai écrit mes livres «Rituels de femmes pour réenchanter la maternité«  et «Aller-retour vers l’au-delà», j’ai su que j’abordais des espaces intangibles qui pouvaient me fragiliser face au monde médical. J’ai choisi de continuer les projets car je voulais offrir un autre angle, d’autres mots pour parler de la naissance  et de la mort.

Y réfléchir sans jargon médical, toucher les cœurs, faire des ponts.

Ne pas limiter nos vies à l’interprétation qu’on en fait ou à nos peurs.

Intégrer cette part de mystère qui nous habite et qui ne rentre dans aucune case.

Parce que devenir parents ou aborder la maladie et la fin de vie est bouleversant et ne peux pas être limité à des statistiques.

 

Recommended Posts
Écrivez-moi

Not readable? Change text.

Start typing and press Enter to search