Les mythes et rituels au service des grands passages.

 In accompagner la vie, doula, fin de vie, mort, mythes et rituels, Rituels de femmes

crédit photo Marie-Eve B.Lévesque.

Explorer le vivant à partir des mythes de l’origine qui dévoilent tous les potentiels du futur.

Les mythes évoluent, sont au-delà de l’humanité personnelle et nous proposent une exploration de toutes les probabilités du vivant.

Guidées par Odile Tresch, enseignante chercheuse en grec ancien et en sciences appliquées des mythes et rituels de la Grèce Antique, nous avons laissé les mots et les sons anciens trouver leur chemin en nous.

Après la résonnance,

Il y a l’émergence.

Ce qui monte n’est pas forcément confortable et ne correspond pas toujours à l’idée qu’on avait au préalable. La véritable écoute nous pousse à traverser des croyances, des scénarios bien planifiés.

Est-ce que j’ose plonger dans ce mystère qui ne vient pas expliquer ou justifier ce que je crois mais qui vient me mettre face à moi-même.

Avec Artémis, nous avons fait un voyage exploratoire au coeur de notre matrice, à la conquête de notre puissance personnelle qui nait de l’intérieur, qui ne se définit pas par rapport à l’extérieur, qui est très précise et qui peut se dévoiler quel que soit l’environnement.

Athéna nous a plongé dans notre champs mental et dans cette capacité à intégrer et être en lien avec notre aspect instinctuel. Elle nous a offert de réfléchir à nos croyances, de les traverser afin de se mettre au centre, au point zéro.

Avec Demeter, la terre mère ou être mère sur terre, nous avons observé comment nous portons notre humanité et donc notre mortalité; comment nous acceptons les changements, les cycles de la vie.

Cette danse intérieure avec ces mythes nous a ouvert un espace directement en lien avec notre situation actuelle autour des grands passages. Sur quoi s’appuie notre sécurité intérieure? Et cette danse entre l’instinct et le mental est-elle possible? Quelle place donne-t-on à ce qui se passe autour de nous? Qu’en est-il de notre mortalité?

Isabelle Challut

Quelques mots de participantes:

«Nous avons confondu intensité et douleur et cela nous a terrifié dans notre vulnérabilité et notre mortalité. Et c’est par l’incarnation de notre essence divine en notre présence humaine que cette peur cessera de nous censurer dans nos chairs, nos consciences et nos cœurs. Union-Adaptation-Abandon-Transmutation» Marlène

 » Même si l’évocation de la MAGIE, a bien souvent mauvaise presse (hier comme aujourd’hui!), je dois dire que « je m’en fout »! Pour moi, c’est le mot le plus évocateur pour représenter ce que j’ai contacté durant ce séminaire guidé par ce que je considère comme deux grandes femmes, mais surtout de grandes magiciennes. Ça prend de la magie pour arriver à faire sentir à un groupe qui se retrouve en virtuel, de pleins d’endroits dans le monde, combien il est proche malgré la distance. Ça prend de la magie pour rendre vivantes en soi d’anciennes mémoires et leur permettre d’éclore chacune à sa façon unique et en même temps reliées entre nous de façon ahurissante. Ça prend aussi de la magie dans le doigté, pour arriver à faire sentir combien nous pouvons incarner ces déesses anciennes dans nos vies actuelles. Hier, maintenant et demain n’étant plus aussi distincts, comme si nous savions déjà tout ça et par un chemin plus global que le simple intellect. Ces mythes si riches ont nourrit mon inspiration, ma puissance, ma confiance… J’en suis ressortie avec des expériences concrètes pour les contacter et remplie de cette magie qui nait de la présence au vivant. Assurément, Artémis, Athéna et Déméther sauront m’accompagner au jour le jour, mais aussi nourrir les accompagnements que je fais aux autres dans ma vie. Dans le fond la magie c’est peut-être d’avoir l’impression d’avoir touché un peu au « mystère »… Le mystère de ce qui fait qu’on est à la fois si imparfaits et divins à la fois? Quoi qu’il en soit… MAGIE. Merci de tout cœur.  » Marie Ève

 

 

Messages récents
Écrivez-moi

Not readable? Change text.

Start typing and press Enter to search